fbpx

Un Challenge 48h en collaboration avec HelloAsso

Nos étudiants Ynov Informatique ont eu l’occasion de travailler avec HelloAsso, plateforme de paiement pour les associations, lors de leur Challenge 48h.

Des étudiants prêts à relever le challenge

Florian LEVEIL, étudiant en 3ème année Ynov Informatique, répond à nos questions.

Bonjour, je m’appelle Florian et je suis en B3 Informatique spécialité Développement Logiciel à Bordeaux Ynov Campus. Je suis actuellement en alternance dans l’entreprise Shinken Solutions dans laquelle nous développons un logiciel de monitoring. 

Qu’est-ce qu’un challenge 48h ? 

Un challenge 48h est un concept : l’école nous fournit un sujet qui peut être une solution à une problématique ou un projet, à réaliser en 48h. À la fin, il y a une présentation face à un jury de professionnels pour ensuite être évalué. 

Quel était le sujet de cette année ? 

Cette année, le challenge s’est déroulé en partenariat avec HelloAsso. Après une présentation de leur société et de leurs services, la consigne était : «Imaginez un produit ou service qui aide à la création d’une association ». 

Le projet de votre équipe est arrivé premier du challenge ! Bravo à vous ! Peux-tu nous le présenter ? 

Nous nous sommes dans un premier temps questionnés sur nos propres besoins en tant que potentiels clients.  Quelle tâche, lorsque l’on est dans une association, est souvent récurrente à réaliser ? Comment l’automatiser ? Nous sommes donc orientés vers la location de locaux : créer un site web sur lequel l’association peut s’inscrire, envoyer des photos et justifier son statut. Elle peut ensuite choisir son tarif. Les particuliers vont ensuite consulter les salles à disposition prêt de chez eux et peuvent directement passer une réservation via le planning. Toutes les assurances et autorisations sont automatisées via le site et l’association ne s’occupe plus de rien. 

Quel est, selon toi, l’intérêt de participer à un challenge 48h ? Qu’as-tu appris ? 

L’intérêt est clair : monter en compétence et se challenger ! Nous avons un temps très restreint et il faut faire des choix rapidement. De plus, nous ne nous connaissons pas tous et nous ne sommes pas à l’aise avec les mêmes technologies. Si je ne connais pas cette dernière et qu’elle est choisie, cela me permet de monter en compétences dessus car nous l’utiliserons pendant 48h. De plus, le côté challenge permet de donner le maximum de nous-même, et voir de quoi nous sommes capables pendant un temps restreint. 

Quels cours t’ont le plus servi ? 

J’ai envie de dire la plupart ! Cependant, les cours de management nous ont bien servi pour distribuer les rôles dans l’équipe et avoir une certaine cohésion. Nous n’avons pas les mêmes méthodes de travail et le même rythme, il est donc important d’avoir des compétences en gestion de projet. Les cours d’architecture réseaux et de développement m’ont été également très utiles ! Et évidemment les cours de web. 

Selon toi, quel est l’avantage d’avoir un jury de professionnel comme la société HelloAsso ? 

Je dirais l’expérience qu’elle peut nous apporter. C’est une grosse société, si elle est toujours là c’est qu’elle a fait de bons choix d’un point de vue stratégique et commercial. Parfois, le fait d’être étudiant ne nous permet pas de savoir si notre projet et viable ou pas, et les retours de professionnels apportent un regard concret sur la faisabilité de notre projet. 

Un retour positif de HelloAsso

Nous revenons avec Didier Colin, Directeur Technique chez HelloAsso, sur ce challenge.

Bonjour M.Colin. Pouvez-vous vous présenter, ainsi que HelloAsso ? 

Boujour à vous, je suis Didier Colin et je suis Directeur Technique chez HelloAsso. 

HelloAsso propose un opérateur de paiement alternatif aux associations : nous mettons à disposition une plateforme qui permet aux associations de gérer tous leurs encaissements que ce soit pour gérer leur dons/cotisations, pour gérer des événements via la billetterie ou tout simplement de la vente en ligne. Notre vocation est de faire gagner du temps aux associations pour se consacrer à leurs activités. À ce titre, nous sommes ouverts à toutes les associations (humanitaire, loisir, club de sport etc). Nous nous reposons sur la contribution volontaire et la générosité des utilisateurs : nous offrons nos services de façon totalement gratuite et lorsqu’un contributeur effectue un paiement via notre plateforme, nous lui expliquons en toute transparence que le paiement qu’il est en train de faire ne sera pas facturé à l’association (la chaîne de traitement occasionne des frais qui sont pris à notre charge). S’il le souhaite, il peut continuer à faire vivre la plateforme en nous laissant un don. C’est assez important pour nous car finalement, nous nous impliquons à nous même un principe de générosité, qui est d’ailleurs la réalité des associations depuis la nuit des temps. 

Plus globalement, nous nous inscrivons dans un mouvement plus ancien : l’entreprenariat social, basé sur le principe du développement d’un modèle économique viable tout en cherchant à répondre à une problématique sociétale. 

Aujourd’hui, nous avons une équipe de 70 personnes au sein d’HelloAsso dont 25 côté technique et produit. 

Au-delà de la plateforme HelloAsso, nous accompagnons sur les territoires à travers des formations, des partenariats avec des mairies, des maisons de jeunesse etc, pour faire vivre la vie associative et surtout aider les associations dans leur transition vers les outils numériques. 

Que pensez-vous du concept du challenge 48h ? 

Eh bien que du bien ! Je trouve que, du point de vue étudiant, c’est une bonne façon d’apprendre et d’ancrer son apprentissage dans une problématique concrète, et de pouvoir donner du sens à son travail : savoir quelle est la finalité de ce qu’on fait. Pour avoir fait moi-même un détour dans l’enseignement, je sais que c’est une question qui revenait souvent. 

Du point de vue entreprise, ce fut très rafraichissant de pouvoir exposer une de nos problématiques à des personnes qui vont apporter un regard neuf et extérieur. Les propositions et idées nous permettent de rafraichir un peu notre propre vision. 

J’ai trouvé qu’ils étaient tous très enthousiastes même si c’était en visio, j’ai senti une belle énergie. 

Pouvez-vous nous parler du projet qui vous a le plus accroché ? 

Certains projets m’ont interpellés comme le projet Locasso (qui est arrivé en première place) et le projet SalleAsso (arrivé en deuxième et qui est sur la même thématique). Ils répondent à une problématique de location de salles. J’ai trouvé cela très intéressant car, là encore, nous sommes sur une problématique qui est très pratico-pratique et qui consiste à aider une association qui veut gagner du temps. C’est vrai que ce n’est pas quelque chose à laquelle nous pensons tout le temps, mais dans les faits, lorsqu’on lance une association, c’est une problématique consommatrice de temps et d’énergie. Le fait d’avoir une application qui permet de faciliter un maximum la recherche d’une salle pour se réunir ou pour exercer une activité est très intéressant : avoir une liste de salle avec le lieu, la capacité mais aussi savoir si la salle est non-fumeur, possède des places handicapées etc. 

Nous sentons que les étudiants ont réfléchi de façon très concrète et qu’ils se sont vraiment mis à la place des utilisateurs. 

Aimeriez-vous renouveler l’expérience du challenge 48h l’an prochain ? 

Oui, complètement ! Ce fut une super expérience ! 

Cela aurait été encore mieux en présentiel, mais le challenge est quand même réussi même à distance.