fbpx

J’ai créé ma marque de surf éco-responsable.

Grand amateur de surf, Amaury TASSEL, ancien étudiant en Architecture d’Intérieur et Design a décidé il y a 1 an de lancer sa marque de surf éco-responsable : REVO surfboards. Amaury a bien voulu s’entretenir avec nous pour nous parler de sa marque, de son parcours ainsi que ses ambitions. 

Bonjour Amaury, peux-tu te présenter ?

Bonjour, je m’appelle Amaury Tassel, j’ai 26 ans et je suis un ancien étudiant de Lim’Art. Je suis depuis toujours touche à tout, j’ai fait pas mal de petits boulots et de stages dans des domaines variés comme l’aviation, l’architecture, le design de produit… De plus, j’ai eu pas mal d’expériences en tant qu’indépendant : formateur Autocad, graphiste (logos, plaquettes, rendus 3D). Aujourd’hui, mon projet occupe pleinement mon temps mais je continue quelques missions en indépendant.


Qu’est-ce que REVO surfboards ?

La plupart des planches actuelles sont fabriquées à partir d’un pain de mousse polyuréthane ou polystyrène et enrobées d’une résine issue de pétrole et couplé à de la fibre de verre. Elles ont donc une structure légère mais fragile, qui subit les outrages du temps et produit des déchets nocifs (5kg par planche produite). La durée de vie est assez limitée. Le projet REVO surfboards, c’est proposer des planches légères et performantes sans les inconvénients écologiques des planches actuelles. Nos planches sont fabriquées à partir de bois de paulownia, un bois léger, solide, aux faibles besoins en eau et naturellement peu sensible à l’hygrométrie (c’est-à-dire peu sensible à l’humidité). Elles sont ensuite protégées par une finition à l’huile de lin ou un vernis marin.


D’où t’es venu l’idée de créer cette marque ?

Après un constat tout simplement. Le surf est en pleine expansion depuis plusieurs années, c’est une pratique de plus en plus accessible. Cependant, on peut rencontrer des soucis écologiques : de plus en plus de planches sont produites et ne trouvent pas leur place au recyclage… Elles finissent pour la plupart en déchet. Chaque année, c’est 15 000 tonnes de déchets nocifs qui sont produits. Le surf est une pratique ancienne exprimant le respect de la nature, je voulais contribuer à la découverte de solutions pour pouvoir continuer à surfer tout en préservant notre environnement.


En quoi tes boards sont éco-responsable ?

J’utilise du bois originaire d’Asie mais qui pousse en climat tempéré. Des plantations sont en train de se développer en Europe dont en France, en Italie et en Espagne. La plupart des planches actuelles utilisent des matériaux importés de très loin. Or, la matière première qu’utilise REVO est prélevée sur place, ce qui limite les transports. Comme je l’ai dit précédemment, les planches sont en bois : c’est une matière renouvelable, recyclable et biodégradable. Une planche qui ne peut pas être réparée peut très bien être recyclée. Pour assembler les pièces de bois j’utilise de la colle biosourcée (colle non nocive) et pour la protection des planches de l’huile de lin (huile naturelle produite avec les graines de lin) ou avec un vernis à faible impact écologique. Impact écologique également réduit grâce à la durabilité supérieure des planches REVO.


Comment vois-tu REVO dans 10 ans ?

J’espère trouver ma place dans le monde des nouvelles planches de surf en essayant d’instaurer un mouvement (qui est de plus en plus présent) de « surfer aussi bien mais propre ». J’aimerais vraiment aider à orienter le monde du surf vers un futur plus écoresponsable.


En quoi tes études à Lim’Art t’ont aidé dans ton projet ?

Lim’Art m’a entraîné à gérer un projet et à construire quelque chose de cohérent tout en s’articulant autour d’une cible. J’ai également appris à présenter et traduire visuellement les intentions d’un projet. Dans l’ensemble, cela m’a permis de mieux gérer et mener à bien un projet. Les cours de design m’ont aidé car j’ai créé une nouvelle conception de planches, fait les visuels et la conception du site moi-même. J’avais déjà un esprit scientifique et l’école m’a apporté le côté artistique.


Quel est l’avantage selon toi d’étudier à Bordeaux Ynov Campus et Lim’Art lorsqu’on est un créateur comme toi ?

Pour ma part, ce sont surtout les rencontres que j’ai faites à Lim’Art qui m’ont beaucoup apporté, que ce soient les étudiants ou les intervenants. On y trouve des gens de tous horizons ce qui est très intéressant et enrichissant. Cela donne accès à plus de connaissances et selon moi, c’est ce savoir qui permet de créer. Forcément j’étais plus proche des étudiants de Lim’Art mais d’autres rencontres dans les autres filières m’ont été bénéfiques comme pendant les Ydays.



Pour en apprendre plus sur REVO, rendez-vous sur www.revosurfboards.fr

Retrouvez le projet d’Amaury sur Instagram et Facebook

N’hésitez pas à soutenir le projet d’Amaury en participant à sa campagne EKOSEA.