fbpx

Interview de Yossef Farhi, référent de la filière Ynov Audiovisuel

Bonjour Yossef, peux-tu te présenter ?

Bonjour, je m’appelle Yossef Farhi, j’ai 32 ans, actuellement je suis le référent pédagogique de la filière Audiovisuel à Bordeaux Ynov Campus, mais je suis également auteur, réalisateur, monteur et créateur.

Quelles études as-tu fais ? Quelles expériences as-tu ?

J’ai commencé après le bac à étudier l’économie et la gestion à la Sorbonne à Paris. J’ai fait 3 ans d’économie, puis je me suis dirigé vers le monde du travail, l’économie ne m’a pas forcément plu donc j’ai travaillé dans la restauration pour me faire un peu d’argent, j’étais manager dans un grand restaurant à Montparnasse.

Ensuite, j’ai repris mes études, et comme le cinéma et la création de contenu vidéo m’ont toujours intéressés, je me suis redirigé vers des études et j’ai fait une école (EICAR qui est à Paris) où j’ai suivi 4 ans de formation en écriture et réalisation.
Après quelques projets par-ci par-là (pub, court métrage…), j’ai été appelé pour travailler sur Bordeaux pour l’ouverture de l’école qui s’appelait avant EICAR Bordeaux qui est maintenant devenu Ynov Audiovisuel.

Pourquoi avoir choisis l’audiovisuel ? D’où-te vient cette passion ?

C’est assez dur à décrire, c’est depuis tout petit, il n’y a pas eu « un » élément déclencheur, c’est plutôt un tout. J’arrivais à m’échapper à travers le cinéma, j’appréciais regarder des films actuels mais aussi des films plus anciens. Et puis, au bout d’un certain temps, j’ai arrêté d’aller à reculons et je me suis dit qu’il fallait que je commence tout depuis le début. J’ai donc entamé un marathon de films en commençant par les années 1895. Dans le sens de la création du cinéma et non l’inverse pour mieux le comprendre.

Quel est ton poste à Ynov ?

Je suis responsable de la filière Audiovisuel, j’encadre les étudiants sur l’avancée de leurs projets, je planifie les projets, les cours, je recrute les intervenants, je donne également des cours d’analyse filmique. J’organise parfois des ateliers montage et je participe aux Journées Portes Ouvertes, rencontres avec les parents etc…

Pourquoi avoir choisis l’enseignement à Ynov ?

L’enseignement est quelque chose qui me plaît, j’avais envie de transmettre assez tôt, j’apprécie vraiment cet exercice de transmission.

C’est donc ce rapport de transmission et d’enseignement que tu préfères dans ton travail ?

Oui, absolument. Le contact humain, l’échange, le partage.

Qui a été ton inspiration/ton mentor ?

En effet, c’est une rencontre qui m’a donné encore plus envie d’enseigner. C’était l’un de mes professeurs qui aujourd’hui, travaille avec moi puisqu’il est l’un des Responsables pédagogiques de EICAR Paris : Jonathan Broda. C’est lors de ses cours d’histoire du cinéma, que je me suis dit que je pouvais me lancer dans l’enseignement et que j’aimais partager les choses qui me passionnaient.

Quels sont tes futurs projets ?

J’ai des créations en cours, je viens de terminer la réalisation d’un court-métrage il y a peu de temps. J’ai également créé et édité un jeu de société en début d’année. Je travaille sur un roman et un documentaire. Mais dans l’immédiat, je finalise un nouveau jeu de société qui doit sortir en janvier.

Comment te vois-tu évoluer ?

Je vis un peu au jour le jour, je ne pourrais pas répondre à cette question de manière précise, chaque jour est un nouveau défi, une nouvelle aventure.

Quelle est ta citation de film préférée ?

Je dirais celle dans « le bon la brute et le truand » qui est « When you have to shoot, shoot don’t talk !!» (« Quand on veut tirer, on tire ! On ne raconte pas sa vie !»). Il y a des moments dans la vie où il faut « parler » mais d’autres où il faut agir !

Ecrit par Caroline Bour, B1 Audiovisuel