Des élèves passionnés : Quentin Dugravier, en première année de Ynov Audiovisuel

Après Alix Roussel étudiante à Ynov Marketing & Communication, c’est au tour de Quentin Dugravier, étudiant passionné de cinéma de nous parler de son parcours et de ce qu’il a trouvé à Ynov Audiovisuel.

Bonjour Quentin, première question : comment as-tu eu cette passion pour le cinéma ?

C’est une question très difficile, que je me suis souvent posée, mais à laquelle je n’ai pas de réponse. Je pense que ça été progressif, au fur à mesure que j’ai regardé des films et des séries, j’ai eu envie de moi aussi écrire des histoires, d’utiliser des images pour faire passer des messages, des émotions. Finalement, c’est une passion qui a grandit en même temps que moi, jusqu’à ce que la question « Pourquoi pas moi ? » devienne trop importante pour que je l’ignore.

Et c’est comme ça que tu as intégré Ynov Audiovisuel (EICAR)…

Alors pas du tout ! Je n’ai pas tout de suite été vers une formation en cinéma, j’ai d’abord fait deux ans de droit, et c’est là que j’ai compris qu’il fallait que je le fasse. Mais j’ai encore attendu 4 ans ! Pendant ce temps, j’ai été en études de lettres, où j’avais une option cinéma. Et même si j’ai appris des choses qui ne seront pas perdues, il me manquait la partie plus pratique. J’avais besoin d’être dans un cadre, avec une promo où l’on se connaisse et non pas noyé dans 250 autres étudiants, d’avoir des professeurs plus présents. Et c’est exactement ce que j’ai trouvé au sein de Bordeaux Ynov Campus.

Qu’est-ce que tu as le plus apprécié cette année ?

J’ai tellement appris ici, pu vraiment faire des choses grâce à la grande place donnée à la pratique (comme avec le clip Midnight Color que j’ai réalisé). J’ai enfin pu m’épanouir dans mes études, dans cette promotion où on est là pour avancer ensemble. Il y a une vraie cohésion dans notre groupe, un vrai soutien ce qui est aussi très important.

L’équilibre entre apports théoriques et les applications pratiques est trop bon, et de mon côté je garde ma chaîne Youtube comme terrain d’expérimentation, je vais d’ailleurs fouiller encore plus l’univers de mes prochaines vidéos, essayer d’aller encore plus loin dans les concepts. Mais ça, vous le verrez en vous abonnant !

Pour finir, est-ce que tu aurais un conseil pour un jeune lycéen passionné de cinéma ?

Vas y maintenant, sinon tu ne le feras jamais. Fonce. Si tu ne le fais pas, tu auras toujours des doutes et jamais assez de courage.

Merci à Quentin pour son temps et ses réponses à nos questions.